Et si les marques contrôlaient leurs filiales pour stopper un gaspillage financier qui profite à Google ADS anciennement Google Adwords.

La question est posée, de tout temps les affiliés, revendeurs des grandes marques se positionnent en marketing SEM, Google ADS pour le plus grand profit de Google. Chacun achètent du média, campagnes de recherche, campagne de display sur le réseau Google ADS sans aucun contrôle en enchérissant les uns contre les autres et souvent contre la marque principale elle même.

Pire pour certains secteurs, la marque ou le groupe rembourse tout ou parti de l’investissement média.

Rappelons que le principe de fonctionnement de Google ADS est de positionner les annonces qui atteignent certains standards comme, l’indice de qualité, le CTR, et le prix au clic que l’annonceur est prêt à payer.

Pas de problème pour une compétition saine entre marques qui offres des produits ou services similaires, exemple payer 5$ plus pour un clic sur l’expression; assurance habitation, que ce soit pour Desjardins assurances, La Capitale assurance ou encore Intact.

À l’inverse, des secteurs comme l’immobilier, l’automobile ou le secteur du cosmétique vont laisser allègrement leurs revendeurs, concessionnaires ou affiliés se livrer une véritable course à la dépense.

De plus si les affiliés utilisent les services d’agences SEM différentes et/ou recourent à des solutions d’achat de mots clés automatisés, le phénomène ne sera qu’amplifié.

La concurrence interne, entretenue entre les filiales et les marques propriétaires ne fait qu’enrichir Google ADS, en attendant que les entreprises le comprennent et s’organisent pour adopter une stratégie économiquement rentable en priorité pour eux.